Posted on 31 août , 2012 in | 0 comments

La sarriette :

Appelée pèbre d’aï (poivre d’âne) en provençal, elle ne se trouvait nulle part chez ma grand-mère ! Lorsqu’un de nos voisins nous apportait quelques fromages de chèvre bien frais, nous nous réjouissions de la promenade que nous allions faire. Il fallait sortir de la propriété, emprunter un chemin menant sur la colline voisine et en descendant le versant sud de cette dernière, sous le bruit assourdissant des cigales de l’été, on pouvait trouver, ça et là, quelques plans de sarriette qui semblaient trouver leur bonheur dans la rocaille chauffée par le soleil. Leurs fleurs blanches attiraient des papillons marrons avec de grands yeux noirs sur leurs ailes. Ils voulaient sans doute effrayer les abeilles et autres bourdons afin de garder jalousement le pollen de cette fleur.
Nous en ramenions quelques brins que nous disposions sur les fromages de chèvre avant de les emballer dans du papier sulfurisé et de les oublier quelques temps dans le tiroir du bas du réfrigérateur. 10 jours plus tard, le parfum de cette herbe avait imprégné nos fromages et une crème onctueuse perçait déjà la fine croûte qui s’était formée. Autant vous dire qu’un fromage entamé ne voyait pas le jour au repas suivant !

Les vertus qu’on lui prête :

Cette plante vivace contient du fer, du manganèse, du calcium et du magnésium.
En plus, elle contient beaucoup de vitamine B6 et K.
Ces substances qui lui confèrent des vertus tonifiantes, digestives, antiseptiques et stimulantes. Ainsi, les systèmes immunitaires, circulatoires et neurologiques profitent de ces effets. En friction, elle constitue un excellent remède à la fatigue, à l’hypotension et à la déprime passagère. La sarriette possède également des propriétés anti-infectieuses et antalgiques. Consommée en infusion ou en grog, elle combat les infections virales et bactériennes, notamment au niveau pulmonaire (bronchite) et urinaire (cystite).

La plante :

Plante vivace de la famille des labiées, elle est originaire de l’Europe méditerranéenne où on la trouve au bord des routes ; elle fait partie des cinq herbes de Provence.
Les feuilles de la sarriette sont déjà utilisées depuis l’Antiquité pour relever les plats. Son goût est très prononcé et rappelle un peu celui du thym, mais légèrement poivré.
Nom Latin: Satureja montana L.
Famille: Lamiacées
Origine: Europe méditerranéenne, Europe centrale, Asie Mineure
Type: Plante aromatique, plante médicinale
Hauteur : 30 – 50 cm
Feuilles : Petites, étroites, très odorantes
Fleurs : Roses ou blanches
Goût : Parfum intense, légèrement poivré
Exposition: Plein soleil, chaud
Arrosage : La sarriette supporte mieux la sécheresse que l’humidité.
Substrat : Sol normal ou calcaire, bien drainé et léger